Plaisir universel...

Humm… attirant jusqu’au dégoût, un pays absorbé par la nourriture, nourritures terrestres comme une fantasmagorie destructrice. Métaphore ? attirance irrésistible ? natures mortes de l’époque moderne revisitées et finalement réappropriées ? Dans tous les cas, on ressent la jouissance des maxillaires s’enfonçant dans les chairs cuites, la note sucrée qui rappelle l’enfance, la quantité qui permet d’oublier, la peinture de nature morte contemporaine n’a pas fini de nous séduire !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Retour en haut de la page